Feeds:
Posts
Comments

Posts Tagged ‘gustavo dudamel’

On March 20th the music fans of Toronto and Montreal celebrated with a standing ovation the visit of the Venezuelan director Gustavo Dudamel and the Los Angeles Philarmonic Orchestra. In this occasion, Dudamel decided to stay away from the media and not to give interviews, which is far from surprising. In the past month, groups of Venezuelan exiles have followed Dudamel anywhere he goes to protest against his complicit silence towards the abuse of power exercised by the chavista government against its opponents and for his participation in a series of concerts held in Venezuela just at the same time that students were brutally repressed by the police and the military. In the eyes of the opposition, Gustavo Dudamel plays music to a sinking ship called Bolivarian Revolution. “These are difficult times,” said Dudamel to The New York Times reporter Michael Cooper in an interview for the Time Talks series.

In the same interview, Dudamel mentioned something that has totally gone under the radar–we are living, he said, “in the best all possible worlds” and this makes him feel a special connection with the philosopher Pangloss, a satiric character created by French writer Voltaire in his novel Candide to make fun of the German mathematician and philosopher Gottfried Wilhem von Leibniz, who posed that, since there is not effect without a cause, the world we live in cannot be but the best of all possible worlds.

“When I was reading Candide by Voltaire,” said Dudamel, “I was so connected with Pangloss, this philosopher who thinks we live in the best world where we can live. And I believe this, because these are our lives, we are living in this world, and we have to feel all the elements of life: suffering, happiness, all these human elements that we need. And I believe that my country will grow up from this moment and be better.” This curious connection that Dudamel feels with Pangloss allows multiple interpretations. But let’s first remind the reader of who Pangloss is.

Pangloss appears at a first glance as a sort of hippie philosopher–an idealist whose good intentions keep him disconnected from his most immediate reality. But fairly soon the reader discovers that he is in fact one the many butt-kissers of the Baron of Westfalia, a mediocre character who everyone addresses as “Monsignor” and whose bad jokes are celebrated by everyone. Replace “Monsignor” by “Comandante” and “Westfalia” by “Venezuela” and you will easily find a striking coincidence with the adulatory nature of the chavista regime in Venezuela.

In any case, Plangoss’ reasoning goes from idealistic to frankly dangerous when he posits that all the evil in this world, even war, is “indispensable”, for private misfortunes make the general good—“so that the more private misfortunes there are, the greater is the general good”. It is not so hard to see that the implementation of this way of thinking in the realm of politics ended up justified most of the fascist regimes that emerged in the 20th century. This reasoning also sounds a bit too familiar to Venezuelans, since it has characterized the past fifteen years of chavista government. At the end of the book, Plangoss unveils his true nature: he is but a cynic or, in the best-case scenario, a mediocre soul willing to die in the wrong.

“Well, my dear Pangloss,” said Candide to his mentor, who suffers countless misfortunes throughout the book, “when you had been hanged, dissected, whipped, and were tugging at the oar, did you always think that everything happens for the best?” “I am still of my first opinion,” responded Pangloss, “for I am a philosopher and I cannot retract”. Cynically, Pangloss owned that he had always suffered horribly, but as he had once asserted that everything went wonderfully well, he asserted it still, though he no longer believed it.

So what is it that Gustavo Dudamel finds so fascinating about Pangloss? Is he suggesting that the chavista regime in Venezuela is the best of possible worlds?

“These are difficult times,” told Dudamel, clearly uneasy, when Michel Cooper asked about the unrest in Venezuela. “I believe in the right of people to protest because these are rights. And I think what it’s important in this moment is to sit down and think. You have to ways to react, by instinct or by reason. I love to think. Because it’s, in a way, what I do all day.”

“But if I can say something is that we need to sit down and to respect—to respect what the other thinks because at the end that is democracy,” he continues.

“Venezuela is a very young country. If you see the history of Venezuela, these past two hundreds years, it’s a short story. It is a story of evolution, but I look and I still see Venezuela as a beautiful teenager that is trying to find the way how to live.” Certainly, in the eyes of a revolutionary, the revolution it is always young”. Dudamel’s discomfort becomes apparent when Cooper asks whether reason can still be considered subjective even when in a conflict violence is exercised more in one side than the other.

“Reason, who has the reason?” reflects Dudamel. “The reason is something very subjective. What I want to say is that, honestly, I strongly condemn violence, completely; coming from wherever is coming from, because with violence we will not arrive to any part… It is time for my country for reflection, for dialogue, very sincere dialog”.

Dudamel goes on by saying that he has spent the past month reflecting and thinking. Consequently, one must infer that his reflections have gravitated around the idea that we live in the best all possible worlds and that Plangloss is in not a cynic but a role model. The point is—there is no doubt that Dudamel lives in the best of possible worlds–that of a talented young man with humble origins that early in life enjoys fortune and fame worldwide. But it is impossible to listen to Dudamel speaking about the current situation in Venezuela and saying that we live the best of possible worlds without feeling outraged.

Can Dudamel explain to the families of the almost 200 thousand Venezuelans who have been murdered in fifteen years of chavismo that they live in the best of possible worlds? What about the countless private companies that the chavista government expropriated and that are in complete bankruptcy? What about the sixteen thousand PDVSA professionals that Hugo Chávez fired illegally just for going to strike, or all those Venezuelans fired and persecuted for signing in against Chávez in the referendum of 2004; or the 50% of the population that in the presidential elections of 2013 voted for the opposition leader Henrique Capriles Radonski? Can a country with an official inflation of 56% and a shortage of basic products, such as milk and toilet paper, be a wonderful world? How would Dudamel explain to all those imprisoned for political reasons —opposition leader Leopoldo López, democratically elected majors Enzo Scaranno and Daniel Ceballos, former chief of police Iván Simonovis— that being held illegally in jail is in fact the reflection of a perfect world?

Almost at the end of the interview, Dudamel gives an example of what he understands by union and coexistence in a polarized society: “When I play in my country, we have in the audience people that think differently, completely different. They have different social status, they could be poor or rich, and they could be part of different religions… But when we are playing, they are all united and are not even thinking about it. El Sistema is a symbol of union.”

El Sistema, Dudamel suggests, is a symbol of union because when the orchestra plays the audience listens silently and people forget about their differences. The problem, maestro, is that dictatorship is the sole regime in which people dialogue in silence. In democracy, people have the right to dissent and express their point of views out loud. Democracy is not about hiding our differences but rather about acknowledging and respecting them. I tend to believe, maestro, that wright and wrong become less subjective when there is a boot stepping onto someone’s face, the tip of a riffle stocked in someone’s anus or a bullet ending someone’s life. Reason; wright or wrong—it all becomes way less subjective when the National Assembly of a country conforms a Truth Commission without including a single member of the official opposition, or when the government invites its “enemies” to establish a “sincere dialogue” by insulting them and calling them names.

I am curious to see how Gustavo Dudamel would explain to the almost 1,600 students who have been arrested in the past month for protesting, that the tortures they have suffered and the ransoms of up to 10,000 dollars that some have paid to police and military officials as a condition to release a family member illegally detained is the best of possible worlds? I would like to see if Dudamel would even dare to suggest that idea to Marivina Jiménez, a woman who after being savagely beaten by a military was then charged with five offences, including “aggression against three public officials”. And what about the more than thirty Venezuelans who have died in this past month as a result of president Nicolás Maduro’s repression—will Dudamel tell their families not to worry because their loved ones died in a perfect world?

In prison, terrified and desperate, Candide said to himself, “If this is the best of possible worlds, what then are the others?”

The world is a pretty out-of-tune place, maestro. You can use your enormous talent to create harmony… or to contribute to chaos.

Read Full Post »

Traduction: George Bastin

Le 20 mars, Gustavo Dudamel est passé par Montréal avec l’Orchestre philarmonique de Los Angeles dont il est le directeur en titre. La Presse avait déjà annoncé qu’il ne concéderait aucune entrevue pendant son séjour dans la ville, ce qui n’est guère surprenant. Au cours des dernières semaines, l’éclat des projecteurs s’est vu assombri par les manifestations d’exilés vénézuéliens qui reprochent à ce prodige de la musique son silence complice à l’égard des abus du « chavisme » et le fait qu’il se soit prêté à diriger plusieurs concerts au Venezuela au milieu de la répression brutale exercée par le gouvernement de Nicolás Maduro contre les manifestants. Aux yeux de l’opposition, le Titanic de la révolution bolivarienne coule et c’est Dudamel qui joue la musique. « Ce dernier mois n’a pas été facile » a-t-il avoué au journaliste Michael Cooper lors d’une entrevue pour la série Time Talks du New York Times, le 15 mars dernier.

C’est précisément au cours de cette entrevue que Dudamel a mentionné un point qui est passé tout à fait inaperçu : il s’est dit convaincu que « nous vivons dans le meilleur des mondes possibles » et qu’il s’identifiait au philosophe Pangloss, personnage créé par Voltaire pour son conte philosophique Candide, ou l’optimiste afin de ridiculiser le mathématicien et philosophe allemand Gottfried Wilhelm von Leibniz, qui, à la fin du 17e siècle, défendait l’idée selon laquelle, puisqu’il n’y a pas d’effet sans cause, le monde dans lequel nous vivons ne peut être que le meilleur des mondes possibles.

« Alors que je lisais le Candide de Voltaire, » dit Dudamel, « je me suis senti en communion avec Pangloss, ce philosophe qui pense que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles. Et je le crois, parce que c’est là notre vie, nous vivons dans ce monde et devons ressentir tous les aspects de la vie : la souffrance, le bonheur, tous ces aspects humains dont nous avons besoin. Je suis convaincu que les moments que nous vivons feront que mon pays grandisse et devienne meilleur ».

Cette communion curieuse, mais qui sonne faux, de Dudamel avec Pangloss prête à de multiples interprétations. Commençons par rappeler qui était Pangloss.

À première vue, Pangloss est une espèce de philosophe hippie, un idéaliste dont les bonnes intentions le tiennent à l’écart de sa réalité la plus immédiate et brutale. Mais on découvre vite qu’il est un des nombreux adulateurs du baron de Westphalie qu’ils appellent tous « Monseigneur » et dont ils applaudissent les plaisanteries. Remplaçons « Monseigneur » par « Comandante » et la Westphalie par le Venezuela et nous aurons une symbolique bien plus actuelle.

La logique panglossienne idéaliste devient toutefois ténébreuse lorsque le philosophe affirme que les maux du monde, même ceux créés par les hommes comme les guerres, sont « indispensables » et que « les malheurs particuliers font le bien général, de sorte que plus il y a de malheurs particuliers, et plus tout est bien. » Il saute aux yeux que la mise en pratique d’un tel raisonnement en politique a été le fondement de tous les régimes fascistes qui ont marqué le 20e siècle et que son application au Venezuela durant quinze longues années a conduit le pays à la ruine et à la guerre fratricide.

À la fin du conte, Pangloss apparaîtra sous son vrai jour : celui d’un cynique ou, dans le meilleur des cas, d’une âme médiocre obstinée à mourir dans l’erreur. C’est ainsi qu’après avoir vécu mille et une tragédies, Candide demande à son maître : « Eh bien ! mon cher Pangloss, (…), quand vous avez été pendu, disséqué, roué de coups, et que vous avez ramé aux galères, avez−vous toujours pensé que tout allait le mieux du monde ? » Pangloss finit par avouer que « il avait toujours horriblement souffert ; mais ayant soutenu une fois que tout allait à merveille, il le soutenait toujours, et n’en croyait rien. » Qu’est-ce donc ce que Gustavo Dudamel admire tant de ce sinistre personnage? Veut-il suggérer par cette allusion que le Venezuela du « chavisme » est le meilleur des mondes possibles?

Dudamel Times Talk« Nous vivons un moment difficile », répond Dudamel embarrassé à la question de Michael Cooper à propos des manifestations au Venezuela. “Je crois au droit qu’ont les gens de contester, parce c’est un droit. Et je pense que l’important en ce moment est de s’asseoir et de penser. Il y a deux façons de réagir: par instinct ou par la raison. J’aime penser, parce que d’une certaine manière c’est ce que je fais. »

Il poursuit : « En tout cas, ce que je peux dire c’est que nous devons nous asseoir et respecter: respecter ce que l’autre pense, parce qu’en fin de compte c’est ça la démocratie. » « Le Venezuela est un pays jeune. Si tu regardes l’histoire du Venezuela, les deux cent dernières années, c’est une histoire courte. C’est une histoire en évolution, mais je regarde et je vois encore le Venezuela comme une belle adolescente qui cherche à trouver sa façon de vivre. » Évidemment, pour un révolutionnaire, la révolution est toujours jeune.

Dudamel devient de plus en plus embarrassé quand le journaliste insiste et lui demande, plus ou moins dans ces termes, quel est le degré de subjectivité de la raison quand la violence s’exerce davantage d’un côté (celui du gouvernement) que de l’autre (celui des manifestants). « Qui a raison? », répond Dudamel. « La raison est très subjective … Ce que je veux dire, honnêtement, c’est que je condamne fermement la violence, tout à fait, d’où qu’elle vienne, parce que la violence ne mène nulle part … C’est le moment pour mon pays de réfléchir, de dialoguer très sincèrement, respectueusement … ».

Dudamel affirme qu’il a réfléchi, pensé, pendant un mois. On peut donc en conclure que cette réflexion s’est articulée autour de l’idée que nous vivons dans le meilleur des mondes possibles et que Pangloss est un modèle à suivre. Je ne doute pas que telle soit la réalité particulière de Dudamel : un jeune Vénézuélien talentueux, d’origine humble, qui très tôt dans la vie a conquis la célébrité et la fortune. Par contre, il est impossible d’entendre parler du Venezuela d’aujourd’hui comme le meilleur des mondes possibles sans s’indigner ou du moins en rire amèrement. Dudamel ira-t-il dire aux familles des près de 200 000 Vénézuéliens assassinés par la délinquance en ces quinze ans de gouvernement chaviste qu’une telle perte, bien qu’irréparable, est survenue dans le meilleur des mondes possibles? Le dira-t-il aux milliers d’entreprises expropriées et aujourd’hui complètement ruinées, aux 16 000 employés de PDVSA (la société pétrolière d’état) illégalement licenciés pour avoir participé à une grève et aux milliers d’autres licenciés ou poursuivis pour avoir signé le référendum révocatoire contre Chávez en 2004; à la moitié du pays qui, aux dernières élections présidentielles, ont voté pour Henrique Capriles; à la population frappée par une inflation officielle de 56 % et la pénurie de produits essentiels comme le lait et le papier hygiénique; aux prisonniers politiques, et aux étudiants qui aujourd’hui manifestent dans la rue parce que le chavisme leur a volé leur avenir, ou comme ils disent, qui leur a tant pris qu’ils n’ont plus aucune peur? Est-ce que Dudamel leur dira que, même s’ils ne peuvent le voir, en réalité ils vivent dans le meilleur des mondes possibles?

Rendu à la fin de l’entrevue, Dudamel illustre son idée d’union et de convivialité: « Quand je joue dans mon pays, il y a dans le public des gens qui pensent différemment, complètement différemment. Ils occupent différentes positions sociales, ils peuvent être pauvres,  avoir de l’argent, être de religion différentes … Mais quand nous jouons, ils sont tous unis et ne pensent pas à tout cela. Le ‘Système’ est un symbole d’union. » (en référence au Programme de formation de jeunes musiciens en place depuis 1975)

Le ‘Système’ est un symbole d’union, nous dit Dudamel, parce que quand l’orchestre joue, le public se tait et oublie ses différences. Le problème, maestro, c’est que le seul régime sous lequel on dialogue en silence c’est la dictature. Les différences ne sont pas faites pour être tues ou dissimulées, mais plutôt pour être exprimées, débattues et reconnues par la majorité. Le respect consiste à reconnaître toute pensée dissidente, un principe que Voltaire a défendu avec énergie même menacé et poursuivi par l’Inquisition à la suite de la publication du Candide. Je suis porté à croire, maestro, que la raison perd de sa subjectivité quand on a une botte sur le visage, un fusil dans l’anus ou une valle dans la tête. Encore plus quand l’Assemblée nationale d’un pays met sur pied une Commission de la Vérité sans les membres de l’opposition et que le gouvernement invite ses « ennemis » à dialoguer … en les insultant.

J’aimerais savoir comment Dudamel expliquera aux 1600 jeunes détenus au cours du mois dernier pour avoir contesté le gouvernement Nicolás Maduro que les plombs reçus à bout portant, les tortures infligées et les « taxes » de jusqu’à 10 000 dollars perçues par les militaires et les policiers pour les remettre en liberté font partie du meilleur des mondes possibles. Ou s’il oserait défendre ses idées devant Marivinia Jiménez, qui a été sauvagement frappée par une milicienne et ensuite accusée de cinq crimes, dont « agression à trois fonctionnaires publics ». Et je ne mentionne même pas les familles des trente Vénézuéliennes et Vénézuéliens assassinés pendant ce mois de manifestations.

De quoi sert, finalement, de vouloir « sauver » le Système des griffes destructrices du chavisme si, comme le dit la pianiste Gabriela Montero, quand viendra l’heure nous n’aurons plus de pays.

En prison, Candide se demandait avec ironie : « Si c’est ici le meilleur des mondes possibles, que sont donc les autres? »

 

Le monde sonne bien faux, maestro. À vous d’utiliser votre énorme talent pour créer l’harmonie … ou contribuer au chaos.

 

Traduction : George Bastin

Read Full Post »

%d bloggers like this: